Sarah Pellerin-Ott

Sarah Pellerin-Ott se forme au Conservatoire d’Angers, au CNDC d’Angers et au CDC de Toulouse. Elle débute son parcours d’interprète auprès de Sylvie Pabiot (Rézo, Rumeurs, 1+1) et Michel Tallaron (Murale). Entre 2006 et 2012, elle intervient dans différentes structures françaises à l'étranger, notamment en Cisjordanie, en Asie Centrale et dans le Caucase, pour transmettre l’expérience de la danse contemporaine et intervient encore régulièrement auprès du Réseau Education Prioritaire de la ville d’Angers. 

En tant qu’auteure, elle publie, depuis 2009, ses textes dans différentes revues (Carnet d’une jeune danseuse en Palestine dans la revue Triages, De rien dans la revue Contre-allées, Des eaux dans la revue Rumeurs) et participe à des performances poétiques (Le Cabaret Poétique au Périscope à Lyon, Espace Pandora à Vénissieux). Elle crée Marches en 2010 en collaboration avec les musiciens Antoine Mermet, Guillaume Chosson, Lucas Hercberg, Sébastien Blanchet et Camille Durieux, pièce sonore dans laquelle texte lu et musique improvisée cohabitent pour interpréter la narration d’une marche citadine. Reliant sa pratique de l’écriture à celle du mouvement, elle crée Fertiles fantaisies pour deux danseurs et un violoncelliste en 2013, à l'occasion de la semaine de la francophonie dans le Caucase, avec le soutien de l’Institut Français de Géorgie et l’Ambassade de France d’Arménie. En 2015, elle amorce le projet au long court La Flemme, dans lequel elle aborde une réflexion sur le temps, la paresse et la productivité... 

Depuis 2017, elle interprète Loin, une pièce pour grande profondeur de champs dans l’espace public, avec la Débordante Compagnie et collabore depuis 2018 avec le créateur sonore Matthieu Delaunay pour le projet 180°, ethnologie sonore du milieu de l’élevage. Prochainement, elle interprètera le spectacle jeune public Petites Traces de la Compagnie Normorpa.

Aussi, depuis 2016, Sarah est étudiante en Body-Mind Centering®, pratique somatique qui étudie le corps en mouvement par l’expérience.